Qu’est ce que l’hypersensibilité ?

L’hypersensibilité désigne une sensibilité plus haute que la norme pouvant être vécue avec difficulté par la personne elle-même, ou perçue comme « exagérée », voire « extrême», par l’entourage.

En psychologie, cette notion d’hypersensibilité distingue un tempérament qui s’appuie sur l’expérience faite par Carl Gustav Jung.

Selon les recherches, les individus « hautement sensibles » représenteraient environ 15 à 25% de la population. La caractéristique principale des personnes hypersensibles est une plus forte réactivité à une même stimulation, ce qui peut avoir des aspects positifs (Jung parle de « caractère enrichissant ») et des aspects négatifs, comme une sensibilité accrue à la peur.

Attention, on peut être hypersensible sans être HPI mais lorsqu’on est diagnostiqué HPI, on est forcément hypersensible.

Qu’est-ce que signifie HPI ?

HPI signifie Haut Potentiel Intellectuel, ou surdoué, ou précoce… ou encore zèbre (référence à la terminologie créée par la psychologue Jeanne Siaud-Facchin). Le diagnostic doit être posé par un professionnel formé à la douance. On ne s’autoproclame pas surdoué.

Juste pour faire un pied de nez aux idées reçues… les clichés ont la peau dure ! : Être surdoué ne signifie pas qu’on soit Einstein, et cela ne signifie pas non plus que l’individu a et va forcément réussir tout ce qu’il entreprend. C’est beaucoup plus compliqué que cela.

Être HPI c’est fonctionner différemment de la norme, c’est penser et ressentir différemment. Le mode de pensée des HPI fonctionne en arborescence (ou pensée divergente), ce qui signifie qu’une idée en entraîne une nouvelle qui elle-même en entraîne une autre… et c’est sans fin. Leur cerveau fonctionne non-stop, sans pause et cela peut être extrêmement épuisant. Les HPI ou surdoués peuvent avoir tendance à se perdre dans ce mode de fonctionnement atypique, ils peuvent facilement se perdre dans leurs pensées, et parfois même avoir du mal à se faire comprendre.

Seul un diagnostique effectué par une personne compétente, à savoir un psychiatre où encore un psychologue, constitue une preuve de douance. Voici juste à titre indicatif certaines caractéristiques qui peuvent correspondre au HPI (tous les HPI ne correspondent pas à la totalité de ces caractéristiques pour autant, surtout s’il y a d’autres problématiques qui viennent s’ajouter comme la dyslexie, la dysorthographie, la dyspraxie etc.) :

Sur le plan psychologique

  • Très vif dès la naissance, réactif à l’environnement
  • Animé d’une curiosité intellectuelle très précocement
  • Apprentissages plus précoces
  • Aime les activités complexes
  • Fait preuve d’un sens de l’observation poussé
  • Résout les problèmes de manière originale
  • Est alerte et réagit vite aux nouvelles idées
  • Richesse du vocabulaire, construction rapide et quasi-instinctive de phrases complexes
  • Imagination hors du commun
  • Capacité de mémorisation importante
  • Rapidité dans le traitement de l’information
  • Maniement des mots et de l’humour
  • Perfectionnisme
  • Grande sensibilité, émotivité, intuition
  • Conscience rapide et aiguë de la réalité du monde, grande lucidité
  • Sens aigu de la justice et de l’équité
  • Frustration importante face à l’échec
  • Esprit critique, voire intransigeance, intolérance (vis à vis des autres comme de lui-même), entraînant par conséquent une nette baisse de l’estime de soi, et une multitude d’angoisses. Ne se laissant généralement pas le droit à l’erreur, ils ont tendance à se remettre en cause.

Prédisposition vis à vis des pathologies suivantes

  • Les troubles du sommeil (dû à leur activité cérébrale d’une intensité exceptionnelle)
  • Le TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité)
  • L’opposition perpétuelle
  • Les troubles de l’humeur (anxiété et dépression)
  • Les TOCS (trouble obsessionnels compulsifs)
  • Les TICS (mouvements compulsifs)
  • Instabilité psychomotrice se caractérisant par des gestes ainsi que des déplacements particulièrement maladroits.

Sur le plan relationnel

  • Différence du niveau de maturité intellectuelle entraînant un intérêt pour des enfants plus âgés ou des adultes
  • Différence dans les centres d’intérêts
  • Difficultés relationnelles dû à un décalage intellectuel éprouvé vis à vis de leurs contemporains
  • Capacité d’expression mais parfois difficulté de communication dû au fait qu’ils sont dotés d’un vocabulaire relativement “riches”, donc par conséquent parfois incompris par leurs “semblables”.
  • Solitude, isolement, rejet ou leadership

En famille

  • Tente de maîtriser intellectuellement les situations
  • Raisonne et argumente
  • S’oppose et refuse les consignes
  • Enfants très épuisants

Avec le milieu extérieur (milieu scolaire, société)

  • Remise en question permanente des règles et des lois illogiques
  • Conscience aiguë de la réalité du monde et dénonciateurs de ces dysfonctionnements
  • Besoin inné de justice
  • Altruisme
  • Compassion et empathie omniprésente en eux

Sur le plan des apprentissages

  • Autonomie dans l’apprentissage, apprentissage facile et rapide
  • Apprentissage de la lecture jeune. Lisent vite.
  • Possède des pouvoirs de raisonnement et d’abstraction supérieurs.
  • Attirance pour les problèmes complexes, les défis intellectuels
  • Approche globale, intuitive, directe
  • Processus enrichis à l’encodage d’une situation
  • Mémorisation facile et rapidité de raisonnement
  • Intuition fulgurante
  • Richesse et originalité dans les solutions proposées
  • Audace intellectuelle, anticonformisme
  • Suit des directives complexes facilement.
  • S’intéresse beaucoup à l’histoire de l’humanité et du monde.
  • Grand champ d’attention qui lui permet de persévérer pour résoudre des problèmes.
  • Fait preuve d’initiative et d’originalité dans le cadre de ses travaux en classe.
  • Démontre des aptitudes supérieures en mathématiques, surtout en résolution de problème.
  • Champs d’intérêt de lecture qui portent sur une grande variété de sujets.
  • Va souvent à la bibliothèque (ou sur Internet) et s’y débrouille bien.

Mais aussi

  • Ennui en classe qui peut exister (cela n’est pas systématique)
  • Manque de méthode de travail
  • Mode de résolution des problèmes (mathématique notamment), parfois instinctif. Ce qui peut engendrer l’impossibilité pour le sujet concerné d’expliquer son mode de raisonnement de manière explicite et complète.
  • Défaut de planification et lenteur exécutive
  • Se perdent dans les détails
  • Difficultés pour la gestion du matériel au quotidien
  • Résistance à toutes approches séquentielles, linéaires, de façon systématiquement. En effet, l'”atypisme” cérébral de ces élèves les rend incompatibles vis à vis de ces modes de traitements de l’information.
  • Difficulté à expliciter leur production et donc à la critiquer