Le syndrome de la déficience posturale est un trouble du système proprioceptif. La défaillance de ce système peut entrainer différents troubles musculaires, sensoriels et cognitifs, et engendrer des difficultés dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture chez l’enfant. 

Un défaut de posture peut également engendrer des difficultés de concentration et de mémorisation, une baisse du rendement intellectuel, une fatigabilité excessive, un retard scolaire, et même des troubles du caractère.

Qu’est-ce que la posturologie?

La posturologie est une méthode de diagnostic qui consiste à traiter certains troubles grâce au rétablissement normal de l’équilibre postural. Dès l’âge de 4 ans et avant 9 ans, surtout en cas de difficultés scolaires. De 11 à 17 ans pour les adolescents afin de dépister une scoliose.

Depuis Aristote, on dit que l’être humain a cinq sens : la vue, le toucher, l’ouïe, l’odorat et le goût. Aujourd’hui, il existe, parmi les scientifiques, un consensus qui admet quatre nouveaux sens (encore assez méconnus) : la proprioception, l’équilibrioception, la thermoception et la nociception.

Ici, c’est le sixième sens qui nous intéresse : la proprioception. Il s’agit d’un sens qui comme tous les autres fonctionne avec des capteurs, des voies de conductions, avec des messages envoyés au cerveau, puis un traitement de ces informations à cet endroit. Ces capteurs sont situés dans tous les muscles, et on les compare à des fibres musculaires particulières qui ressemblent un peu à des ressorts. Il s’agit d’un sens extrêmement élaboré, qui fonctionne en permanence, et de manière inconsciente.

Les asymétries du tonus musculaire sont à l’origine des anomalies de la conscience posturale, mais pouvant toucher tous les muscles du corps, elles peuvent également se manifester dans les muscles oculomoteurs et provoquer une motricité déficiente, des saccades oculaires désordonnées, une poursuite irrégulière…

  • LA POSTUROLOGIE est une discipline qui étudie les capteurs de l’équilibre (pieds, œil, bouche, oreille interne) et les moyens de les normaliser.
  • LE POSTUROLOGUE est le praticien diplômé participant à l’étude de l’équilibre, on pourrait le comparer à un “chef d’orchestre” qui oriente vers les différents spécialistes (podologue, orthoptiste, ophtalmologiste, dentiste, orl, ostéopathe…)
  • L’EQUILIBRE est la position du corps à un moment donné en dépit des perturbations extérieures.
  • LE BILAN POSTURAL est l’examen pluridisciplinaire nécessitant une coordination des différents thérapeutes. L’examen postural nécessite une étude des différents capteurs de l’équilibre (pied, œil, oreille interne, bouche).
  • LA REPROGRAMMATION POSTURALE : Grâce à l’aide de techniques ostéopathiques ou podales mais encore psychologiques ou de relaxation, il est possible de mettre en place une reprogrammation visant à stimuler de manière quotidienne les différents capteurs posturaux.
  • L’EXAMEN POSTURAL nécessite une évaluation de l’impact environnemental sur le schéma postural de l’enfant ou de l’adolescent. Nous pourrons ainsi évaluer le rôle des habitudes scolaires, sportives, alimentaires, mais aussi émotionnelles sur le schéma postural et ainsi procéder au déparasitage et à la reprogrammation posturale.

Qu’est-ce que l’IMP (Intégration Motrice Primordiale)?

Les réflexes archaïques forment une base pour la construction de nos comportements, de notre maintien postural, de nos émotions, de notre réussite. Un bilan de ces réflexes peut donc être extrêmement intéressant dans la mesure où ils peuvent représenter un obstacle à la reprogrammation posturale.

Un réflexe est, par définition, une réaction motrice automatique et involontaire en réponse à un stimulus. Lorsque le bébé vient au monde, ses réactions et ses mouvements sont instinctifs. Il s’agit des réflexes archaïques ou primitifs qui contribuent à sa survie (réflexes de fouissement, de succion, de déglutition…), sa protection (moro, agrippement…), son éveil (pavlov…), sa coordination (RTSC, RTAC, parachute…), le maintien de sa posture (RPT, amphibien, gravité, équilibre…), en bref à son bon développement.

Actions sur nos 3 sphères

La non-intégration d’un réflexe peut être la cause d’un « parasitage » de nos trois sphères et risque de se manifester quand nous sommes sous stress ou en situation d’apprentissage.

Texte tiré de l’enseignement de Paul Landon